Géobiologie - Étude de votre habitat

La géobiologie de l’habitat étudie et permet de corriger, dans un lieu de vie, les différents critères naturels et artificiels d'influence qui agissent sur le bien-être et la santé de ses habitants. Les Anciens connaissaient parfaitement ces phénomènes. C’est donc à nous de redécouvrir la vitalité des lieux.

La géobiologie aide à corriger l'énergie environnante.

Une maison mal conçue, placée ou orientée peut engendrer les maladies les plus diverses. La terre influence la vie de ceux qu'elle porte : humains, animaux et végétaux (les arbres qui penchent révèlent des perturbations geobiologiques). Le terrain, l'orientation, les forces cosmo-telluriques (rapport du ciel et de la terre), les matériaux, les formes, les proportions, les champs électriques et électromagnétiques... créent un environnement vibratoire qui peut être bénéfique ou nocif pour la santé physique et mentale des êtres vivants : de la simple migraine persistante au cancer, des malaises indéfinis aux troubles physiologiques profonds sans causes apparentes (devant lesquels la médecine est bien souvent impuissante), du comportement bizarre à la folie caractérisée, du « mal dans sa peau » à l'oppression.

La géobiologie influence votre santé et celle de vos proches.

Nous passons 80 % de notre temps à l'intérieur d'un local. Avant de bâtir une maison, quel architecte, quel maître d'œuvre se soucie des problèmes de santé liés à l'habitat. Il devrait respecter les critères fondamentaux qui assurent la santé des occupants de la maison : connaissance du lieu, de la nature et des matériaux, analyser les facteurs bioclimatiques (l'ensoleillement, les vents dominants, la pluie, etc), rechercher les réseaux environnementaux influents (l'eau souterraine, les champs magnétiques et telluriques).

Mémoires des lieux

Certaines autres perturbations sont plus subtiles et donc moins faciles à mettre en évidence. Il s’agit, par exemple, des lieux historiquement chargés... anciens champs de bataille, prisons désaffectées, lieux d’équarrissage, fosses communes qui pour certains, et pendant des siècles, peuvent émettre des énergies fortement perturbatrices. Il peut alors s’agir d’une mémoire du sol, des pierres, de l’habitat en cause. Si les premières perturbations agissent plus directement sur le physique, ces dernières semblent d’ordre beaucoup plus psychique allant jusqu’à provoquer des fatigues permanentes, des insomnies, des cauchemars, des pertes d’appétit... sinon des manifestations inexpliquées comme la sensation de présence. Il a été remarqué que, bien souvent, ces deux types de perturbation se cumulaient comme si le lieu avait favorisé les événements qui s’y sont déroulés et que ces événements aient encore amplifié le caractère malsain du lieu.

Quelques trucs et mesures de protection

• Éviter de porter du métal sur soi : il fait «antenne». Cela veut dire pas de bijoux, des soutiens gorges sans armatures pour ces dames !
• Les amalgames dentaires doivent être remplacés par des matériaux ne contenant pas de métaux lourds. Plusieurs personnes sensibles ont vu leurs symptômes disparaître après avoir fait cette démarche.
• Éviter de porter des matières synthétiques : elles favorisent l’électricité statique et un mieux-être est tout de suite constaté lorsque l’on remplace ses habits synthétiques par des habits en tissus d’origine naturelle.
• Éviter de porter des montures de lunettes en métal : elles accentuent les symptômes, car elles font «antenne»: elles attirent les CEM vers la tête. Il faut les remplacer par des montures en TITANE.
• Porter des chaussures à semelles en cuir : les semelles en caoutchouc nous isolent du sol et favorisent les chocs d’électricité statique. Un mieux-être sera immédiatement constaté.

Les pollutions

En Géobiologie, les pollutions s’ajoutent ou plutôt se multiplient les unes par rapport aux autres selon une courbe qui est presque exponentielle. Les traitements thérapeutiques, qu’ils soient classiques ou énergétiques, sont très affaiblis lorsque le malade est confronté à des problèmes de Géobiologie.

Notre deuxième peau

Enfin, il ne faut pas sous-estimer les problèmes de santé liés à l’habitat. On n’habite pas n’importe où dans une maison construite n’importe comment... En effet, notre maison ou notre lieu de travail est, pour ainsi dire, notre deuxième peau. Ils sont parties intégrantes de notre environnement proche et nous y passons, pour certains, jusqu'à vingt heures par jour. Quoi de plus normal qu’ils influencent notre santé en bien (quand la maison a de bonnes énergies) et qu’ils l’influencent vers la maladie quand ce n’est pas le cas.

La maladie

La maladie qui va se déclarer chez un habitant va dépendre de sa résistance et de son propre terrain, donc de sa réceptivité. Ainsi, dans une maison et pour une même cause, l’un de membres de la famille pourra extérioriser un cancer, l’autre un infarctus et le troisième une dépression nerveuse. Ce n’est pas comme une maladie bien caractéristique déclenchée par un virus ou une bactérie. Second point : les nuisances se rajoutent, se multiplient les unes par rapport aux autres : ainsi, la nocivité d’une faille sera considérablement aggravée par un réseau Curry ou un défaut d’énergie cosmique, le tout étant encore accru par une pollution électrique.